Publié le :

[#Droits des femmes] Échanges avec Clémence Petit, fondatrice d’Equimov, “Être une femme, c’est un avantage”

#Évènement

Equimov, startup accompagnée par Le Tremplin, référence, géolocalise et permet la réservation en ligne de tous types d'hébergements pour chevaux et cavaliers. 

"On compte près de 90 % de femmes dans le milieu équestre, il est vrai que dans les hautes sphères on retrouve beaucoup d’hommes. Cependant ce sont des femmes qui tiennent les deux haras les plus importants de Jumping de haut niveau de France, donc l’univers reste assez féminin.

Lors du rendez-vous pour les levées de fonds, effectivement, lorsque je m’y rends accompagné d’un homme, je remarque que les personnes se sentent peut-être plus rassurées, et encore, selon moi c’est complètement inconscient et pas du tout généralisé. Je n’ai jamais fait face à des réflexions ni été victime de discrimination et je pense qu’au contraire être une femme, c’est un avantage.

Je considère que dans le milieu de l’innovation, c’est un avantage car je peux jouer sur l’effet de surprise, de “la petite nana” qui finalement surprend de par son ambition et son désir d’aller jusqu’au bout. Cela permet de sortir du lot et les gens semblent plus à l’écoute.

Dans l’univers startup, j’observe une évolution positive, les femmes occupent de plus en plus de postes stratégiques."

Ce sont plutôt des hommes, fondateurs des grandes innovations des dix dernières années tels que Mark Zuckerberg ou encore Jacques-Antoine Granjon créateur de Ventes Privées qui inspirent Clémence.

En savoir plus: 

[#Droits des femmes] Juliette Franquet, co-fondatrice de Love Your Waste 
[#Droits des femmes] Échanges avec Valerie Beranger, créatrice de JTVKids
[#Droits des femmes] Interview de Lucie Basch fondatrice de Too Good To Go

Partager sur :

Lire aussi #Évènement

Club Token remporte le Hackathon Sport « la blockchain au service de la pratique sportive »

Huit équipes aux profils de tous horizons avaient 48 heures pour développer un prototype de produit ou service utilisant la technologie blockchain. Le thème étant dédié à la pratique sportive sur quatre axes : le bénévolat, le futur de la licence, le sport sur ordonnance et le club augmenté. Tel était le défi lancé par quatre partenaires unis pour la première fois pour trouver ensemble des outils au service du sport amateur : le Ministère des sports, la Fédération Française de Football, la Fédération Française de Tennis et Le Tremplin par Paris&Co. Le projet lauréat, Club Token, a été primé par le jury présidé par la Ministre des sports. Sur la thématique « Club augmenté », le projet lauréat est une solution simple et ludique de gestion de la fidélité mise à disposition par les fédérations auprès de leurs clubs visant à recruter et fidéliser licenciés et bénévoles.

Le sport amateur, une mine d’opportunités pour les projets blockchain ?

« La blockchain va toucher toutes les industries : et le sport en fait partie ! Nous sommes au début d’une disruption très importante de certains secteurs. » Pas un jour ou presque sans qu’apparaisse un nouveau projet associé au mot « Blockchain » dans les secteurs de la banque, de la finance, de l’agroalimentaire… Pourquoi un tel engouement ? Quelles problématiques peut concrètement surmonter cette technologie? Et surtout, pourquoi il y a un véritable boulevard dans le secteur du sport pour développer de telles applications ?